L’Observatoire des engagements évaluera la mise en oeuvre du programme de la municipalité. Sa première réunion s’est tenue le 20 mars 2010.

Tout de suite dans le vif du sujet !

« Qu’en est-il de l’impartialité d’un comité qui se crée au sein de la mairie et est animé par une personne qu’elle
emploie », s’étonne un des membres appelés à faire partie de l’Observatoire. Chargé de l’animation de l’Observatoire des engagements (ODE), Abdel Djermoune répond tout aussi franchement : « L’indépendance est un état d’esprit, je ne fais partie d’aucunefamille politique et j’ai toujours milité pour la démocratie participative. En ce sens, je trouve plus utile d’agir au coeur dusystème avec son libre-arbitre, plutôt que d’être critique sans s’impliquer ».
Le maire, Jacques Salvator, exceptionnellement présent pour cette première réunion, explique les raisons du choix d’Abdel Djermoune pour animer l’Observatoire.
« Ce devait être une personne de caractère indépendant, ayant une bonne connaissance de la ville et une forte capacité à communiquer ».

Et de préciser : « Abdel Djermoune est né à Aubervilliers, il a toujours vécu ici. Dirigeant, notamment, le magazine Regards citoyen, une publication
d’expression dans lequel tout le monde en a pris pour son grade, moi compris ! »

De qui sera constitué le collectif de l’Observatoire ? Un texte en précise les contours indiquant que les membres appelés à siéger seraient au nombre
de quarante et représenteraient la diversité des opinions et des engagements existants dans la ville. Y figureraient les présidents du Conseil local des jeunes
et du Conseil des sages, ceux des comités d’animation des quartiers, du Conseil consultatif des citoyens étrangers, deux représentants
de chaque parti politique local, des membres du Conseil de développement de Plaine Commune et douze citoyens volontaires.

L’opportunité de mettre en place une veille démocratique ? Lors de cette première prise de contact, seule la représentante de Lutte Ouvrière s’est désistée.
Convaincus par l’outil, d’autres ont surtout posé des questions sur la mission de l’Observatoire. Telle Anna Alter, journaliste à Marianne, Albertivillarienne et désormais
membre du comité :

« Comment allons-nous intervenir concrètement. Cela demande du temps et chacun a d’autres activités.» Telle Patricia Lemonier, citoyenne volontaire :

« Aura-t-on l’opportunité de mettre en place une véritable veille démocratique ? »Telle Claire Vigeant, présidente du Modem local :
« A la logique d’évaluation, ne faudra-t-il pas rajouter la possibilité d’interpellation et de préconisation ? »
Rappelant que le rôle du comité n’était pas d’agir à la place des élus, mais d’évaluer leur action au regard de leurs engagements électoraux,
Abdel Djermoune a souligné que c’était « à l’Observatoire d’affiner ces modes
d’actions. »
Quelques principes auront été actés par le comité à l’issue de cette première réunion. Le choix de vice-présidences, le rythme des
réunions, la constitution par thématique de groupes de travail, etc. Le maire a, pour sa part, confirmé « la totale publicité des
conclusions de l’Observatoire des engagements ».

Emilie Marsaud